lundi 23 juin 2014

T... comme Veux-tu une part de Toutché ou la recette pour être gaie ?

Impossible pour moi de passer à côté d'une recette qui a marqué mon enfance : le toutché ou gâteau de fête. Un dessert traditionnel qui se sert plutôt avec le thé l'après-midi qu'à la fin d'un repas... mais les plus téméraires peuvent s'y risquer !

Il y a plusieurs variante du toutché. En fait, chaque foyer du Pays de Montbéliard avait la sienne. Mais la base reste la même : de la pâte à pain sur laquelle on met un mélange de beurre et de sucre pur qu'il caramélise au four ou bien encore une préparation à base de crème, d’œufs et de sucre ou de sel (le vrai paraît-il est salé). Cette sauce que l'on appelle le "goumeau" (la "migaine" en Lorraine) sert aussi agrémenter les fruits sur une tarte aux fruits surtout les pommes, les prunes et les mirabelles.

En voici d'ailleurs une recette sur ce site internet ou une autre  sur cancoillotte.net... et une dernière pour la route sur ce site.

Ma grand-mère Liliane n'était pas très versée dans la cuisine, mais pourtant très gourmande de desserts.Je conserve d'elle un petit carnet gris daté de juillet 1944 (elle avait 23 ans), dans lequel elle a noté de sa belle écriture, qu'elle a conservée jusqu'à la fin de sa vie, une foule de recettes. Dont celle du toutché sous l'appellation "Gâteau de fête". Ici, point de crème ni d’œufs pour la garniture, mais simplement du beurre et du sucre et une pointe de saindoux quand même...


En feuilletant le carnet, je suis bien sûr arrivé à la dernière page qui recèle une recette toute particulière : une "recette pour être gaie" ! Un petit texte visiblement issu de la plume d'Hélène, duchesse d'Orléans.
Voici ce qu'il dit :
" Commencer par nettoyer énergiquement le fond de votre cœur de peur qu'il n'y demeure attaché quelque reste de vieil égoïsme ; prenez ensuite de la patience et de la douceur, ajoutez-y une dose raisonnable de bon sens avec une goutte d'eau de Léthé pour faire oublier les offenses et les peines passées ! Il nous faut encore quelques onces, non pas d'esprit léger, mais d'esprit facile, un gain de sel pilé très fin, beaucoup de bonne volonté, d'énergie et de charité active, un peu de courage et d'assurance sans oublier le calme mêlé de joyeuse confiance. Mélangez tout cela et faites-en un breuvage que vous prendrez avec simplicité de cœur. Puis si contre fausse attente, votre cœur ne se calmait pas, jetez vers le ciel un regard suppliant ; alors soyez sans crainte, tout ira bien ; vos larmes sécheront et votre bouche sourira sans que personne devine votre secret ".
Une vraie recette aussi pour mener à bien des recherches généalogiques !

1 commentaire:

Elise Aupres de nos Racines a dit…

Sympathique cette recette pour être gaie :-) Merci pour le partage !
Elise