vendredi 12 avril 2013

K... comme Kémia

Là j'avoue m'être un peu creusé la tête !

Que dire avec la lettre K ? Képi ? pour illustrer les militaires ? Kaki, pour illustrer le thème précédent ou pour évoquer ces fruits dans le Jardin d'essais à Alger et les bons moments de mon père et de mon oncle, enfants dans Alger la Blanche ? Non plus.

Et puis je me suis souvenu d'une photo sépia et d'un moment traditionnel, mais déroutant pour les non initiés (qui s'aperçoivent avec angoisse qu'après la fameuse kémia, il y a souvent un couscous), de la convivialité pied-noir.

Sur cette photo des années 1930, il y avait quatre ou cinq hommes en costume du dimanche. De la famille et des amis mélangés. Sur les tables du café, en terrasse, se trouvait des verres d'anisettes et de nombreuses petites assiettes où, dans l'une, on devninait des olives...

Alors, quésako la kémia ? Laissons parler Roland Bacri (In "Trésor des racines pataouètes", collection "Le français retrouvé", Belin, 1983, pp 106-107). A lire avec l'accent :

"Ca vient de l'arabe kmya un p'tit narcotique, mais c'qui est stupéfiant, c'est qu'c'est devenu une sorte de phénomène social à l'heure de l'apéritif. Dans les cafés, le propriétaire mettait sur son comptoir les p'tits plats dans les grands. Un de bliblis, un de tramousses, un de p'tites fèves à la vapeur. Olives noires, olives vertes, olives cassées, escargots piquants, calamars, sardines scabètches, cacaouettes salées, bon, j'vous passe ! Tout c'qu'y donne très soif pour que les clients boivent encore pluss d'anisette (...)"

Les bliblis sont de petits pois-chiches grillés, les tramousses sont des graines de lupin en saumure et les sardines scabètches sont des sardines en escabèche : une sauce à base d'huile, de vinaigre, d'ail et de piment. On pourrait y ajouter aussi des anchois au sel enroulés dans une pâte feuilletée, le tout frit dans l'huile...

Un moment convivial servi le dimanche où l'on se raconte les histoires de là-bas et où pointent parfois... les histoires de famille.

1 commentaire:

Gloria Godard a dit…

Kémia le sel de la vie ! Ce matin la terre est bleue comme une anisette !